Entre lois, réalités écologiques et idées reçues : le casse-tête de la pause café en entreprise

Vous vous interrogez sur ce qui sera possible, interdit ? Respectueux de la planète tout en étant pertinent et fonctionnel dans votre organisation en entreprise ? 

Il y a effectivement de quoi être perdu au sujet des gobelets de la pause café en entreprise. Nous sommes (à peu près) tous d’accord sur l’urgence écologique et le besoin de préserver l’environnement. Mais est-ce si simple de trouver la bonne solution ? Que dit la législation pour 2020 ? Quelles sont les alternatives ?  Quelles orientations prendre ?

Lois, interdictions, transition

Loi en France – La loi « transition énergétique » de 2016 a interdit la vaisselle jetable (assiette et verre) en plastique à usage unique pour les pique-niques à partir de 2020, sauf s’ils sont en plastique biosourcé et compostable y compris en compost domestique. Les gobelets en plastique restent toutefois autorisés aux distributeurs automatiques et fontaines*. Cet article a été complété avec la loi Egalim en octobre 2018 qui élargit l’interdiction à d’autres produits comme les touillettes en plastique. Il se peut que le projet de loi Economie Circulaire, qui devrait être examiné au sénat puis à l’assemblée nationale en septembre 2019 (avec vote définitif du texte vraisemblablement au mieux au printemps 2020 puis l’attente des décrets d’application) vienne compléter ou ajuster les choses.

*car considérés comme des emballages au sens de la Directive 94/62/CE du Parlement européen et du Conseil du 20 décembre 1994 relative aux emballages et aux déchets d’emballages et donc exclu du champ d’application de cette loi.  Voir les questions/réponses du ministère- Questions 6

Europe – En octobre 2018, le parlement européen a interdit une liste de produits en plastique en Europe à compter de juillet 2021. Face au manque d’alternative, les gobelets ne sont pas interdits mais sont visés par une obligation de réduction et  un effort de tri et recyclage. Chaque Etat membre peut décider d’aller plus loin.

La loi n’interdit donc pas à ce jour les gobelets en plastique dans les distributeurs automatiques en entreprise en 2020 , ce qui ne nous empêche pas de nous poser des questions sur les solutions les plus respectueuses pour l’environnement.

Les alternatives et les idées reçues

Le gobelet en carton, attention pas si simple !

Ces gobelets sont le plus souvent annoncés “100% renouvelables, imperméables et recyclables”. Qu’en est-il ?

RenouvelableCertes, le carton est une matière renouvelable, ce qui lui confère une image écologique, si la ressource est bien gérée : gestion durable des forêts, les labels et leur garanties.

Imperméable –  L’étanchéité est obtenue par une couche de plastique polyéthylène (PE)  thermocollée au carton. Le gobelet carton est donc en carton et en plastique !

Recyclable – L’association de ces deux matières complique nettement le recyclage ! Pour les papetiers, cette couche est très difficile à cibler et à isoler, c’est un frein considérable lors des processus industriels de recyclage. Si on intègre le plastique dans les processus classiques cela dégrade la qualité du papier.

Recyclable et recyclé, c’est pas pareilSi beaucoup d’objet s’affichent “recyclables” cela ne veut pas dire qu’ils sont recyclés. En effet si techniquement il est possible de recycler (pas si simple pour les gobelets en carton comme vu précédemment), encore faut-il pouvoir les collecter intelligemment et développer les filières.  Les gobelets en entreprise sont souvent considérés en tant que Déchets d’Activités Économiques et donc non recyclés, faute de filière de collecte adaptée.

Versoo a développé une filière complète pour ces gobelets en carton, avec une collecte optimisée et un recyclage local.

Le gobelet bioplastique  ou biosourcé

Ce plastique peut être écologique si  :

  • Il n’est pas fabriqué avec du pétrole: aujourd’hui on accepte parfois sous le terme « bioplastique » des polymères fabriqués avec 70 % de pétrole.
  • Il ne concurrence pas les cultures agricoles :  confère le bioplastique fabriqué à partir de maïs ou de blé. De plus, ces produits nécessitent beaucoup de ressources naturelles, d’eau et d’énergie fossile pour les produire.
  • Il n’est pas fabriqué à partir d’OGM:  ce serait le cas de certains bioplastiques, pour lesquels la réglementation est plus souple que pour les aliments.

Le gobelet en PLA (Acide Polylactique)  issu  d’amidon de maïs est compostable industriellement (norme EN 13432),  mais pas en compostage domestique. Il faut savoir le trier et développer des  filières de compost industriel aujourd’hui sinon ces plastiques biosourcés sont finalement incinérés ou enfouis en fin de vie.

Enfin, attention les gobelets en PLA  se déforment et se rétractent même fortement avec la chaleur, ils sont donc inadaptés pour les boissons chaudes. On attend donc les progrès de la recherche scientifique dans ce domaine pour pouvoir nous fournir un véritable plastique issu à 100 % de matières naturelles non comestibles : algues, déchets agricoles, herbes invasives (chardons…), moins gourmand en ressources, et répondant aux fonctionnalités demandées et “home compost”.

Le mug/ la tasse réutilisable

Le mug bien utilisé est une solution intéressante pour l’environnement si on veille à économiser l’eau et ne pas mettre de produits agressifs de nettoyage. Et en achetant un mug produit localement et respectueusement. Il invite à revoir les usages, ce qui est constructif mais parfois difficile à appliquer dans certains environnements.

S’il y a besoin de proposer un gobelet pour différentes raisons (hygiène, visiteurs, organisation..) alors sachez qu’il est possible d’avoir un détecteur de tasse sur son distributeur de boissons, qui ne délivre donc un gobelet que si nécessaire. Et si vous demandiez à avoir 2 tarifs différents selon la distribution de gobelet ou non (et dont le coût supplémentaire finance son recyclage) ?

Des analyses d’impact complexes

Les Analyses de Cycle de Vie divergent entre elles sur le sujet. Le PLA peut avoir des impacts supérieurs à la moyenne pour 8 indicateurs sur 9 (pour la destruction de la couche d’ozone, il est inférieur à la moyenne). Le gobelet carton/PE serait plus impactant que la moyenne pour 6 indicateurs sur 9 . Il serait néanmoins le moins impactant en termes de consommations d’énergies fossiles et de changements climatiques. Le gobelet en plastique serait le moins impactant pour 6 indicateurs sur 9 et en dessous de la moyenne pour 2 autres. Il serait le moins bon pour l’utilisation d’énergies fossiles. Le gobelet réutilisable serait le plus impactant pour la destruction de la couche d’ozone mais sous la moyenne pour tous les autres indicateurs (hormis les changements climatiques).

Bref difficile de s’y retrouver, le produit parfait n’existe pas et les idées reçues sont nombreuses. Il apparaît toutefois de bons sens de réinterroger nos usages et sortir de l’usage unique quand c’est possible.

Quelle orientation prendre ?

Repenser ses usages et limiter l’usage unique, si l’organisation interne le permet. Si cela est trop compliqué pour différentes raisons (visiteurs, organisation spécifique d’atelier, logistique de rangement et lavage, hygiène…), Versoo propose des solutions adaptées et respectueuses pour toutes les situations :

  • recycler vos gobelets en plastique
  • recycler vos gobelets en carton
  • sortir de l’usage unique avec des tasses réutilisables éco-conçues, locales, recyclables
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire